Abstraction

Dans le silence et la solitude de l’atelier, les démarches créatives sont multiples.

L’impulsion : un besoin d’exprimer ce qui m’anime, me choque ou me charme, un désir de beauté, un bonheur réel à manipuler la ligne, les couleurs, la matière. J’apprécie notamment de me lancer sans image préconçue, en me laissant guider par les rythmes naissants de manière abstraite et spontanée ; cette démarche de création demande un « lâcher prise » et une concentration très particulière qui me correspond : un moment de liberté et d’ouverture aux possibles.
Pour reprendre les propos de Matisse : « Je travaille sans théorie. J’ai conscience des forces que j’emploie et je vais, poussé par une idée que je ne connais vraiment qu’au fur et à mesure qu’elle se développe par la marche du tableau ».

Une partie importante de ma recherche constitue ce que j’appelle les « peinture-poèmes » : une invitation à un parcours poétique. Chaque toile est comme une strophe d’une « ballade » infinie pour dire le monde, ou l’art de suggérer sensations, impressions, émotions, grâce à l’union de rythmes et rimes colorées.
Dans ces créations souvent non-figuratives quoique très évocatrices, je chéris tout particulièrement la force du minéral et du végétal qui nous parle de la terre, et se frotte à la matière des cieux : des lignes de passage se créent, là où l’esprit épouse la nature mouvante.

Amoureuse des jolis motifs, la découverte des papiers origami japonais a marqué une étape dans ma création. J’insère en effet sur la toile ces papiers aux motifs souvent floraux, comme des pierres précieuses, avant de commencer à peindre. Ce mélange peinture-collage apporte un nouveau jeu entre abstraction et réalité.

Ces ajouts de papiers « motivés » créent aujourd’hui un lien évident entre les différentes facettes de mon travail : une trame qui se décline, se chante, se danse, s’illumine, se cache, s’obstine au gré de la création