Les mers : mer du nord (huile sur toile) / mer du sud (images imprimées)

Les mers charrient beaucoup d’amour du nord au sud. Les palettes colorées divergent, les techniques choisies s’opposent (peinture épaisse d’un côté, couche d’encre fine de l’autre), la température fait le grand écart, mais les mers d’ici ou là-bas demeurent un espace infini source d’émotions, de rêves parachevés ou en devenir.

Cargos, mer du nord :

Rencontrée régulièrement le long de ma route voyageuse cette dernière année entre la France et la Belgique, la mer du nord attise ma curiosité. Et puis deux fois dans l’été 2019, le Havre et Knokke-le-zoute : nourrie par l’observation des ciels merveilleusement mobiles du nord et des bords de mer, des images s’imprègnent, des cargos circulent et renaissent sous le couteau et la toile, en masse.

La série « Cargos, mer du nord » se déclinent dans différents formats d’huile sur toile, évoquant de manière métaphorique les transports de nos vies ; amoureux, voyageurs, émotionnels. Dans des cieux en mouvement, entre lumière et tempête, « on avance, on avance, c’est une évidence »* !

Inspirée par les nombreux peintres du Havre – Boudin, Dufy, Monet et tout particulièrement de Staël – je décline une palette subtile de « gris colorés » en maniant tout à la fois le plaisir de la matière en épaisseur et la délicatesse d’un dégradé infime.

* Alain Souchon « On avance »

 

Sur la plage abandonnée, mer du sud :

C’est une plongée bleue intense dans les mers du sud baignées de soleil, à l’ombre des pins et de l’amour en été. Sous un air léger qui sent bon le sable chaud, de nombreux morceaux de vie se télescopent et rejaillissent dans ce bleu voyage. Comme un coquillage à l’oreille, j’entends le flux de la mer qui ramène des bribes de souvenirs. La plage « caramba » inatteignable de Brandon Point, les vacances estivales de l’enfance au Cap Brun, les pins et le bain à la Madrague, les airs corses du Cap de la Chèvre à Crozon, et cette plage de Honfleur où l’amour à commencer…

Le choix technique, des images imprimées (sérigraphie, monotype, gravure), n’est pas anodin : les souvenirs se superposent et s’imprègnent aussi bien sur le papier que dans les méandres de la mémoire.

La Madrague II :

La  Madrague I :

 

Divers :