Iceberg, c’est chaud !

Avez-vous eu la chance de vous trouver face à un iceberg ?
Une splendeur de la nature, sculptural à souhaits, transparent et profond, irradiant d’un bleu clinquant, irréel et étincelant, une boule à facette géante ou un gros glaçon que l’on peut même déguster en petit morceau dans un whisky «on the rock» à proprement parlé (véridique : Perito Moreno !).

Mais le plus impressionnant, c’est bien évidemment « la face cachée », cette masse sombre dont on a du mal à réaliser l’ampleur. Dans mon imaginaire, elle évoque les racines, bien plus grandes que l’arbre et en profondeur. Finalement, « l’essentiel est invisible aux yeux » comme le raconte le Petit Prince de Saint Exupéry.

Sujet d’actualité brûlant :

J’ai commencé à travailler sur le sujet juste avant qu’il ne devienne la une des medias en 2017 avec le décrochage dans la plateforme Larsen C de la péninsule Antarctique de cet iceberg « soixante fois plus grand que Paris », aujourd’hui à la dérive. Le débat sur le réchauffement climatique s’agite de plus bel.

Quoiqu’on en pense, quelle que soit la réalité scientifique, il me semble tout simplement juste et « naturel » de PRENDRE SOIN de la terre sous nos pieds, l’air qu’on respire, l’eau que l’on boit ; on en hérite et on devra les léguer.

Une palette colorée sobre : des blancs, des gris, des bleus, en transparence et en masse, au travers desquels s’infiltre un petit orange sous la glace, de manière assez fantastique mais à la chaleur bien réaliste.

Irlande : encore et toujours !